Courir a jeun : oui mais pas n’importe comment !

Courir sans rien dans le ventre était quelque chose d’impensable pour moi lorsque j’ai commencé la course à pied. Mais comme courir au saut du lit était aussi quelque chose d’inimaginable à mes débuts la question ne se posait pas trop!

Et puis par manque de temps dans la journée, à cause de la chaleur en été… j’ai commencé à régler le réveil tôt pour aller courir le matin et je n’avais pas bien le temps de manger et digérer si je voulais éviter le réveil à 5h du matin…

C’est comme ça que j’ai commencé à tester la course à jeun et maintenant je suis plutôt à l’aise avec ça. Mais je ça seulement de temps en temps, j’y suis allée par étape et pas pour n’importe quelle séance.

Aujourd’hui sur le blog vous l’aurez compris on va s’intéresser à la pratique de la  course à jeun !

Quel est l’intérêt de courir à jeun ?

Lorsque l’on dort les réserves de sucre sont utilisées par certains organes comme le cerveau, ce qui fait que le matin au réveil nous n’avons presque plus de stock en glucides.

En allant courir sans rien manger le corps va taper rapidement dans les réserves de graisses pour se donner de l’énergie. Vous aurez donc compris que courir à jeun peut aider dans un objectif de perte de poids / de sèche. Sachant qu’en plus on continue à consommer de l’énergie même une fois l’activité terminée.

C’est une pratique intéressante pour les sportifs d’endurance type cyclisme, runner longue distance, triathlon… En effet en courant à jeun on habitue son corps à utiliser les graisses pour avoir de l’énergie et moins les glucides dont les réserves sont très faibles le matin. Avec l’habitude le corps mobilise l’énergie différemment et il va « fonctionner plus facilement avec les graisses » et économiser les glucides pour disposer d’une réserve en glycogène dont il pourra se servir en fin de course. Ce stock sera également reconstitué plus rapidement après un effort.

C’est pourquoi certains runners expérimentés peuvent faire des efforts longs en partant le ventre vide.

Est-ce que tout le monde peut le faire ?

Alors soyons clair si vous êtes débutant on oublie la sortie le ventre vide! Ce type d’entrainement est déconseillé aux coureurs qui commencent tout juste la course ou qui n’ont vraiment pas de passif dans les sports d’endurance.

On privilégie cette pratique pour les runners expérimentés pour qui l’endurance n’est plus un secret.

Il faut également s’assurer de ne pas être diabétique car cela peut entraîner des hypoglycémies sévères : si on a un doute, le mieux est de consulter son médecin traitant pour y aller serein !

Courir à jeun : mode d’emploi

Si on décide d’aller faire une sortie au saut du lit il est bien de respecter quelques petits conseils/ précautions pour que cela se passe bien :

  • La veille au soir on mange un repas riche en sucres lents pour faire ses réserves en glycogènes.
  • On essaie de faire une bonne nuit pour être en forme au réveil et limiter la fatigue.
  • On ne sort pas de son lit à 7h pour aller courir à 7h05, on se laisse bien 30 minutes pour que le corps se réveille et sorte de son état de sommeil. On commence par des étirements pour mettre son organisme en mouvement et ensuite on peut y aller.
  • Courir sans rien manger d’accord, mais pas sans s’hydrater ! Il est très important de boire un verre d’eau, un thé avant de partir pour s’hydrater dés le réveil. Et évidemment on boit également pendant sa séance.
  • Avant de partir on glisse dans sa poche du sucre, une barre de céréales… si jamais vous ne vous sentez pas très bien pendant la course et que l’hypoglycémie vous guettes !
  • Pas question de courir à toute allure : on y va LENTEMENT, allure endurance fondamentale et surtout petit à petit car le corps doit s’habituer à ce nouvel effort.
  • On commence par des petites sorties pas plus de 30 minutes et on ne dépassera pas une heure. En effet au-delà d’une heure sans apport de glucides le corps va produire des déchets provenant de la dégradation des graisses et des acides aminés qui vont acidifier le milieu intérieur. Continuer à courir dans cet état peut entraîner de la fatigue, des maux de tête, des soucis gastriques, une mauvaise récupération…
  • On ne fait pas plus de 2 sorties par semaine sous peine de se fatiguer et voir ses performances baisser.
  • Après votre entrainement prenez un bon petit déjeuner et mangez équilibré sur les repas suivants pour éviter les carences puisque vous avez sollicité et les lipides et les protéines. Cela permettra à votre organisme de bien récupérer et de recharger les batteries.

Il faut garder à l’esprit que cette pratique de l’entrainement à jeun demande d’être à l’écoute de son corps. Il faut tenir compte de ses sensations et si vous sentez que cela ne va pas arrêter vous et retourner chez vous en marchant.

Il faut y aller petit à petit car cela peut-être perturbant pour l’organisme au début.

Mon expérience et avis

J’ai attendu pas mal de temps avant de me tenter à courir le ventre vide. Je n’étais pas très rassurée et j’imaginais que j’allais me sentir faible, sans énergie… bref je n’étais pas plus tentée que ça.

Mais l’été lors des grosses chaleurs le seul moment agréable pour aller courir c’est tôt le matin, ou lorsque je veux aller courir mais que j’ai une grosse journée c’est encore une fois le matin avant le travail le meilleur moment.

Comme je ne veux pas non plus me lever à 5h du matin pour manger avant de partir (avec ma digestion capricieuse je dois attendre longtemps même en mangeant pas trop lourd) la question de partir à jeun s’est posée.

Les premières fois pour ma rassurer je prenais une demi banane ou une demi barre de céréales, juste histoire de me remplir un tout petit peu le ventre et être en confiance. Et puis au fur et à mesure je me suis rendue compte que je pouvais m’en passer sans que cela me pose de souci.

Je prends toujours un petit truc à grignoter au cas où, je ne pars pas pour longtemps (maximum 45’) ni trop loin de chez moi et j’y vais vraiment à la cool. Hors de question de faire une séance intense de bon matin sans rien dans le ventre.

Je ne peux pas dire que ce soit devenue une habitude mais j’aime bien de temps en temps courir tôt quand tout le monde dort encore et que j’ai la ville juste pour moi, j’apprécie ces moments.

Je ne me sens pas spécialement fatiguée, sans énergie au contraire le fait de courir le ventre vide me permet d’éviter les problèmes gastriques que j’ai habituellement !
Et quand je rentre j’adore prendre une bonne douche et me préparer un super petit déjeuner de réconfort après l’effort !

Avant de vous lancer si vous avez des doutes n’hésitez pas à en parler à votre médecin.
En restant bien à l’écoute de votre corps, de vos sensations et en tenant compte des quelques précautions tout devrait bien se passer 🙂

Vous aimez courir tôt le matin au saut du lit ? vous partez à jeun ou ce n’est pas votre tasse de thé ?


Autres articles qui pourraient vous intéresser :

Comment bien récupérer après une sortie longue ?
J’ai testé (et adopté) la cryothérapie
Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}